CAP21, parti écologiste présidé par lancienne Ministre Corinne LEPAGE, fondateur du MODEM, demande à lEtat français de rendre publiques les études toxicologiques réalisées par MONSANTO sur le maïs Mon 810 et pour lequel le gouvernement sollicite lapplication de la clause de sauvegarde.

Alors que ces études révèlent des effets biologiques significatifs sur les foies et reins de rats alimentés pendant trois mois par le Mon 810 et conduisent à sinterroger sur leur impact pour la santé publique, on peut sinterroger sur les raisons qui motivent lEtat à maintenir la confidentialité de ces données.

Pour Corinne LEPAGE, il est inadmissible de poursuivre cette dissimulation tout comme il est scandaleux que le projet de loi napporte aucune garantie sur la transparence des études toxicologiques et environnementales réalisées par les firmes sur les semences transgéniques avant leur mise sur le marché. Le secret industriel ne peut ni ne doit être opposé à la santé publique et à la protection de lenvironnement.

Par ailleurs, pour Eric DELHAYE, porte-parole de CAP21, la réécriture de lamendement Chassaigne exigée par la majorité parlementaire pourrait bien sonner le glas du droit à produire et à consommer sans OGM en France. Le gouvernement et le Président de la République ne doivent pas tourner le dos à leurs engagements pris à lissue du Grenelle et doivent inscrire dans le projet de loi la responsabilité des producteurs, la publication des études sanitaires et environnementales, la limitation du seuil de contamination au seuil de détection (0,1% et non 0,9%) au nom de lintérêt général.

C’est vrai que c’est un peu dingue. Les mecs disent qu’ils ont fait des études et que tout va bien, mais ils ne veulent pas diffuser les résultats en se cachant derrière le secret industriel.